ForumOpera.com

2020-08-02 22:58:52

[…] sa renommée mais nourrit les critiques tant elle est usée, abusée. On y voit souvent le prétexte aux vanités des chanteurs, notamment du fait du caractère interchangeable des airs : des librettistes et compositeurs apportent un souffle nouveau au genre dans des cours où les moyens permettent d’expérimenter, par exemple Frugoni et Traetta à Parme, Verazi avec Jommelli et d’autres à Mannheim et Stuttgart, et à Vienne même avec Calzabigi et Coltellini pour Gluck, Traetta et Salieri. Cela ne veut pas dire que les opéras de Metastasio ne survivent pas aux élans réformateurs des années 1750 et 1760 : ils restent très largement repris, certes toujours plus adaptés, comme en témoignent les modifications apportées à L’Olimpiade pour Cimarosa en 1784, et plus encore à La Clemenza di Tito de Mozart en 1791. Dès les années 1750, ses œuvres sont éditées et traduites, en France notamment. Parfois ringardisé, Metastasio demeure largement considéré comme […]

ForumOpera.com

2020-07-20 10:00:00

Fortement impactée par la crise sanitaire actuelle, la prochaine saison des Talens Lyriques parvient néanmoins à maintenir 11 productions en tournée en France et en Europe dans des lieux prestigieux. La formation de Christophe Rousset place cette saison sous les augures des femmes, qu’elles soient au centre des œuvres choisies ou les interprètes fidèles qui collaborent aux différents projets. Parmi elles, on dénombre : Sandrine Piau, Ann Hallenberg, Siobhan Stagg, Ambroisine Bré, Lenneke Ruiten, Teresa Iervolino, Maïté Beaumont ou encore Myrtò Papatanasiu. Armida de Salieri retrouvera enfin la scène le temps d’une version concert de passage à Caen (30 janvier) et à la Philharmonie (2 février 2021) entre autres. Un enregistrement de l’œuvre avec Lenneke Ruiten (Armida), Teresa Iervolino (Ismene) et Vannina Santoni (Rinaldo), à paraître en décembre 2020, est par ailleurs prévu. Les Talens Lyriques reprendront leur résidence au Wigmore Hall à l’hiver 2021 avec au programme notamment le Stabat Mater […]

ForumOpera.com

2020-07-19 09:11:12

Meyerbeer a 25 ans en 1817 lorsqu’il présente à Padoue son premier opéra italien, Romilda e Costanza. Il avait quitté son Allemagne natale où le succès ne lui avait pas encore ouvert ses portes et tenté sa chance dans la péninsule italienne, plus prometteuse, peut-être à l'instigation de Salieri, rencontré à Vienne. Il signe donc un contrat avec le Teatro Nuovo de Padoue après avoir été grugé par le San Benedetto de Venise (il devait en gros payer pour être produit) et confie le livret à Gaetano Rossi, vieux routier des scènes italiennes, qui avait déjà plus de 80 ouvrages à son actif, dont plusieurs pour Mayr ou Coccia, mais aussi Rossini (La cambiale di matrimonio et surtout Tancredi, véritable choc pour Meyerbeer).  Un peu comme la Pie voleuse de ce dernier, ce Romilda e Costanza qu’il écrit pour le jeune Meyerbeer est un mélange d’opera seria et de comédie. Il est d’ailleurs présenté comme un « melodramma semiserio », […]

Carnets sur sol

2020-06-29 10:33:59

Petit bilan du mois écoulé. Nouveautés écoutées de ces dernières semaines. Du vert au violet, mes recommandations. ♦ Vert : réussi ! ♦ Bleu : jalon considérable. ♦ Violet : écoute capitale. ♦ Gris : pas convaincu. (Les disques sans indication particulière sont à mon sens de très bons disques.) Cette fois-ci, se distinguent les deux albums pour harpe (l'album italien XVIIe et surtout le viennois XVIIIe), deux splendides volets du Ring, des couleurs inédites dans la Neuvième de Beethoven, les deux albums Sony « alternatifs » du début XIXe par Goebel (avec la première version « propre » des capitales Variations orchestrales sur la Follia de Salieri, albums auxquels s'ajoute la symphonie concertante de Brandl chez CPO), un album d'airs baroques aux plus hauts standards imaginables (sélection, exécution), et, pépites des pépites, des versions (par de jeunes interprètes) des Quatuors de Moniuszko et du Trio de Melcer-Szczawiński qui agissent […]

ForumOpera.com

2020-06-17 04:11:52

[…] œuvres musicales, ce qui est déjà remarquable. Le style de l’opera buffa napolitain venait d’apparaître à Venise. Il en sera le meilleur pourvoyeur de son temps : 54 livrets firent sa réputation. Au moins 144 productions lyriques en découlèrent. Il filosofo di campagna, La buona figliula figurent parmi les ouvrages les plus populaires de la seconde moitié du XVIIIe S. Citer tous les compositeurs qui l’illustrèrent serait fastidieux. Outre Galuppi, retenons Vivaldi (La Griselda, d’après Zeno, puis Aristide, en 1735), Paisiello, Salieri, Cimarosa, Piccinni, sans oublier Mozart (La Finta semplice, livret revu par Coltellini) et Haydn (Lo Speziale, 1768 ; Le Pescatrice, 1770 ; Il mondo della luna, 1777). Comme signalé plus haut, plusieurs de ses comédies, distinctes des livrets, ont nourri l’imagination des compositeurs : Gian Francesco Malipiero (3 commedie goldonienne, 1920-22), Wolf-Ferrari aussi (I quattro rusteghi, 1906). Même s’ils sont rédigés de bout en bout, les livrets du XVIIIe siècle ont encore la fragilité du canevas : ils vont être […]