Crescendo Magazine

2020-05-22 13:32:47

L’Orchestre de Chambre de Los Angeles en mode confidentiel

L’Orchestre de Chambre de Los Angeles en mode confidentiel 

Pierre JALBERT (né en 1967): Concerto pour violon ; Johann Sebastian BACH (1685-1750): Concerto pour violon en la mineur, BWV 1041 ; Arvo PÄRT (né en 1935): Fratres pour violon, orchestre à cordes et percussion ; Pēteris Vasks (né […]

Crescendo Magazine

2020-05-18 09:43:27

Maxim Rysanov, la voix sacrée de Vasks 

Maxim Rysanov, la voix sacrée de Vasks  

Pēteris Vasks (né en 1946): Concerto pour alto; Symphonie pour cordes « Voix » . Maxim Rysanov, alto ; Sinfonietta Rīga, dir. Maxim Rysanov. 2020-SACD-65'46"-Textes de présentation en français, anglais et allemand-BIS 2443 Pēteris Vasks est le compositeur letton le plus […]

Musique classique & Co

2020-05-17 05:44:27

Heureux de recevoir une nouveauté discographique du plus qu’excellent violoniste Vadim Gluzman (cf. par exemple son disque Prokofiev), cette fois au service d’un compositeur Letton, Pēteris Vasks (1946*). Un peu inquiet au moment d’écouter en lisant dans la notice que “Ses premières compositions étaient d’un style agressif, expérimental, mais il a évolué progressivement vers un … Cet article est apparu en premier sur Musique classique & Co.

Musique classique & Co

2020-05-17 05:44:27

Heureux de recevoir une nouveauté discographique du plus qu’excellent violoniste Vadim Gluzman (cf. par exemple son disque Prokofiev), cette fois au service d’un compositeur Letton, Pēteris Vasks (1946*). Un peu inquiet au moment d’écouter en lisant dans la notice que “Ses premières compositions étaient d’un style agressif, expérimental, mais il a évolué progressivement vers un … Cet article est apparu en premier sur Musique classique & Co.

Carnets sur sol

2020-05-03 09:42:45

[…] petits ensembles à vent, a aussi proposé sa version pour clarinette de concertos de Vivaldi… ici joués sur l'un des meilleurs ensembles sur instruments anciens (quel grain sonore !) et par la clarinette la plus naturelle, fluide et transparente (quel son flûté !) de la scène actuelle. Un régal absolu, où l'on retrouve en outre quelques thèmes récupérés d'oratorios (le grand air de bravoure de Giudita Triumphans) et opéras (le figuralisme pluvial d'Il Giustino). Pēteris Vasks: Viola Concerto & Symphony No. 1 "Voices" ; Maxim Rysanov (BIS) → Planant et délicat, TB, et quel altiste toujours incroyable ! Naoumoff: Cinq valses pour piano quatre mains, par Soojin Joo, Emile Naoumoff (Melism) → Aimables valses de salon au langage à peine enrichi. Très mignon, comme certaines pièces de caractère un peu subverties du début du XXe siècle. N. Boulanger / Pugno : La Ville morte (d'après D'Annunzio et non Rodenbach), Göteborg 2020 (vidéo […]